Angèle Del Rio Bettini

Page

Angèle_1940

Marie-Angèle DEL RIO BETTINI

dite « Angélita »

1922-2017

 

Une femme en résistance

 

Angèle est née à Toulouse en 1922 de parents espagnols exilés dans les années 1910. Ouvrière en 1936, elle s’engage dans les luttes sociales et rejoint les jeunesses communistes.

L’arrivée au pouvoir du maréchal Pétain correspond à une période difficile pour sa famille. Etrangers, son père et ses frères sont directement concernés par les nouvelles lois du gouvernement de Vichy. Arrêtés, ils sont aussitôt internés dans le terrible camp répressif du Vernet, puis déportés en Algérie, au camp de Djelfa.

« Le maréchal félon »

Le 5 novembre 1940, le maréchal Pétain fait sa première visite officielle depuis l’Armistice et choisit Toulouse. Une dizaine de jeunes gens, dont Angèle, décident de faire un coup d’éclat et montent un stratagème très ingénieux. Ils élaborent des machines à projeter des tracts, qu’ils installent sur deux toits de la rue Alsace Lorraine avec un système à retardement. Des centaines de petits tracts s’envolent au passage du convoi du maréchal Pétain.

IHS CGt Depeche 6 nov 40

Cet acte constitue la première manifestation de résistance à Toulouse, d’autant plus remarquable, qu’à cette époque, les communistes sont tenus de ne pas agir contre le régime de Vichy dans le cadre du pacte de non agression germano-soviétique signé par Hitler et Staline en août 1939.

La police surveille de très très près les communistes, à la limite de l’obsessionnel. Les services du préfet, Cheynaux de Leyritz, n’ont aucun mal à identifier le petit groupe. Angèle est arrêtée peu de temps après avec ses camarades des jeunesses communistes.

5523_W_886_n°99609_001

Yves Bettini, le fiancé d’Angèle, lors de leur arrestation. Yves fut expédié en Italie fasciste à l’issue de sa peine. Il parvint à s’évader du train et rejoindre un maquis dans l’Ain. Archives départementales de Haute-Garonne

Conduite à la prison St Michel, elle est enfermée pendant cinq mois avant d’être jugée par un tribunal militaire et acquittée.

JUGEMENT TRIB MILITAIRE MARS 1941 detail (1)

Décision du Tribunal militaire de Toulouse- mars 1941 Archives départementales de Haute-Garonne

JUGEMENT TRIB MILITAIRE MARS 1941 detail(3)

Archives départementales de Haute-Garonne

Relâchée en mars 1941, elle est de nouveau arrêtée en avril 1941 mais cette fois comme étrangère et enfermée au camp du Récébédou.

 

Del Rio Angelita - recebedou - 1941- mai

Mai 1941 au camp du Récébédou

Voir le témoignage d’Angèle par France 3: Les résistances

Le camp de Brens

Internée dans plusieurs camps, elle est finalement envoyée en juin 1942 au camp de Brens, près de Gaillac.  Brens était un camp exclusivement féminin, qui regroupait en grande majorité des détenues politiques et étrangers. Pour les habitants de Gaillac, la version officielle était que ce camp était réservé aux femmes de petite vertu et de mauvaise vie. Jamais ils n’ont su qu’en fait, c’était en grande majorité des femmes anti fascistes et combattantes de la résistance.

Rien de pire que l'ennui de ces journées interminables au camp de Brens. Jouer, s'occuper rire, pour oublier la faim.

Rien de pire que l’ennui de ces journées interminables au camp de Brens. Jouer, s’occuper rire, pour oublier la faim. La force de caractère d’Angèle était exceptionnelle.

Angèle, surnommée Angelita, a animé la vie de ce camp, participé aux luttes internes quand les policiers sont venus chercher des codétenues étrangères pour les déporter en Allemagne. Dans la nuit du 24 août 1942, 31 jeunes femmes, juives allemandes et polonaises ont été emmenées vers l’inconnu. Rien n’a pu empêcher leur arrestation.

Voir le documentaire réalisé sous la direction de Rolande Trempé: Un camp de femmes (1994, Université du Mirail)

En juin 1944, le camp de Brens est fermé et les détenues sont transférées au camp de Gurs. Angèle est libérée en août 1944, atteinte d’une tuberculose pulmonaire, séquelle des conditions de vie dans ces camps d’internement.


DSCN0631

Angèle à la prison saint-Michel en 2010

20101107_14

Angèle a été décorée de la Légion d’honneur en 2010.

Angèle a poursuivi sa vie durant ses engagements de jeunesse, sans carte politique disait-elle. Personnalité exceptionnelle, Angélita témoignait auprès des scolaires pour faire connaître son engagement et le sort qui fut réservé aux étrangers et aux femmes pendant la guerre. Du haut de ses 95 ans, elle se faisait un devoir de participer aux cérémonies mémorielles du camp de Rieucros (Lozère), de Brens (Tarn) et de la prison saint-Michel. Angèle n’a jamais manqué non plus celle de la forêt de Bouconne pour François Verdier.

31 janvier 2016

Bouconne, dimanche 31 janvier 2016 Angèle entourée de Pierre Lasry, de Madame , de sa fille Françoise, de Michèle et Vincent Cros.

 

En savoir plus :

Association pour Perpétuer le Souvenir des Internées des Camps de Brens et de Rieucros

 

SONY DSC

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Gailla

 

Texte Elérika Leroy