Trail et marche du Maquis – Ariège

vira dun
Par défaut

En 2002, à l’initiative de l’Association Inter Frontalière « Terre de Fraternité», 15 communes d’Ariège, 1 commune des Pyrénées Orientales, 5 communes de Catalogne se réunirent pour porter un projet commun ayant pour objet le maintien de la mémoire des évènements intervenus entre 1936 et 1975, et de tous ceux qui en furent les acteurs.

Le territoire de ces 5 communes ariègeoises recouvre une zone géographique où la résistance à l’occupant et au gouvernement de Vichy s’organisa très tôt, et où l’activité des résistants français et des guérilleros espagnols fût intense.

  1. b) Le Trail et la marche du Maquis 

L’idée est de profiter de plusieurs tronçons de « Terre de Fraternité », et de proposer un parcours à thème historique.

En empruntant les traces des résistants et guérilleros, les coureurs et marcheurs atteindront des points hautement symboliques, chargés d’actes de barbaries ou d’héroïsmes.

Le troisième week end de février

Ce week-end est proposé pour honorer la mémoire des hommes et femmes qui ont su faire preuve de courage en ignorant peurs et larmes, jusqu’à offrir leur vie pour qu’un pays retrouve honneur et paix.

Ces journées, par extension, sont dédiées à la Liberté et à la Fraternité entre tous les peuples du monde.

Programme du samedi 18 février 2017.

SALLE  COMMUNALE DE VIRA :

A partir de 10 heures :  exposition prêtée par l’ONAC : « La Collaboration«  . Elle pourra être vue jusqu’au dimanche 19 midi.

Aux Alentours des 14h00 :

Conférence sur les thèmes suivants :

– Évocation de l’Année 1942, ‘’année charnière’’.

– La situation sur le plan international.

– La situation sur le plan National.

– Les lois et directives Pétainistes et leur application.

– Les effets de la collaboration et l’état de la société  en Ariège avant l’arrivée des troupes d’occupation (11 nov 1942) : la prise en main des administrations, la répression, les arrestations, les assignations à résidence, les déportations…

En illustration :

– Projection du Film : ‘’ Laurette 1942 ‘’ de Francis Fourcou, avec, si possible, la présence de ce dernier.

-évocation de l’Année 1942, ‘’année charnière’’

-la situation sur le plan international

-la situation sur le plan National

-les lois et directives Pétainistes et leur aplication .

-les effets de la collaboration et l’état de la société  en Ariège avant l’arrivée des troupes d’occupation (11 nov 1942 ): la prise en main des administrations, la répression, les arrestations, les assignations à résidence, les déportations , …….

Dimanche 19 février 2017.

Cette édition du « Trail et Marche du Maquis » vous propose depuis Dun (330 m) trois boucles pour trois plaisirs différents.

Un trail de 28 km et son profil de 1200 m de dénivelé positif cumulé. Au programme, 6 points forts dans la course :

– Pépèrié (600m)

– Le « Col du Pylône » (520m)

– La « Crête de Tapia » (500m)

– Thuriège (530m)

– Le « Caprice du Président » (450m)

– Pic Galinié (520m)

Un trail de 10 km et son profil de 520 m de dénivelé positif cumulé. Au programme, 2 points forts :

– Pépérié (600 m)

– Le « Col du Pylône » (520 m)

Une marche sportive. Du superbe, du beau et du sport… 13.5km/600md+

Parlons d’argent …

Le montant de l’engagement diffère suivant votre choix :

Pour le trail : le prix de 15 € comprend l’engagement, 2 ravitaillements sur le

parcours,pour sûr,  mais aussi un cadeau de bienvenue et une boisson à votre arrivée.

Pour la course nature : le prix de 12 € comprend l’engagement, 1 ravitaillement sur le

parcours, cela va de soi, mais aussi un cadeau de bienvenue et une boisson à votre arrivée.

Pour la marche : le prix de 7 € comprend l’engagement, 1 ravitaillement, normal,

mais aussi un cadeau de bienvenue et une boisson à votre arrivée.

Le bla bla habituel pour une inscription dans les clous.

Rappel des distances maximales par catégories d’âge pour la saison 2017 (âge au 31 décembre) :

Vétéran, Senior, Espoir (20 ans et plus) : No limite

Junior (18-19 ans) : 25 km

Cadet (16-17 ans) : 15 km (autorisation parentale obligatoire)

Votre « package inscription » devra contenir :

1) Une licence (délivrée par la FFA ou une fédération sportive agréée pour la pratique de l’athlétisme en compétition) en cours de validité et/ou un certificat médical de non contre indication de la pratique de l’athlétisme en compétition datant de moins d’un an au jour de la course.

2) Le bulletin d’inscription dûment rempli.

3) Un chèque du montant de l’activité choisie (15, 12 ou 7 €).

4) Après le 12 février 2017, jusqu’au jour des courses et dans la limite des dossards

disponibles, le montant de l’engagement reste le même, mais les coureurs/marcheurs

perdront la dotation « cadeau » incluse dans le « pack » dossard.

 

Inscription en ligne :

Planning du dimanche

7h30 : accueil des participants (retrait du « pack » dossard)

09h30 : départ de la Marche du Maquis

 

10h00 : départ du Trail du Maquis

10h30 : départ de la Course Nature du Maquis

13h00 : remise des prix

Quoi de plus ?…

 

Après la ligne d’arrivée, un bol de soupe (à l’oignon, tradition de l’ASD) vous requinquera de vos efforts.

Un manège carré sera à votre dispo tout au long de l’animation.

Les « Grilladins du Douctouyre » vous proposeront des sandwichs garnis aux produits locaux et ce à partir de 12h00.

10 juin 1944, Oradour, Marsoulas…

oradour1
Par défaut

oradour2La date du 10 juin 1944 est dans toutes les mémoires.

Le massacre d’Oradour-sur-Glane par la division SS das Reich a fait 642 victimes, dont 207 enfants brûlés vifs dans l’église du village.

Le même jour, Marsoulas, dans le sud de la Haute-Garonne a subi également le déferlement de haine et de violence.

 

Une date , le 10 juin 1944, une division, dont le nom a marqué les mémoires, Das Reich, des meurtres de civils, de femmes et d’enfants:rois points communs aux villages d’Oradour-sur-Glane près de Limoges et de Marsoulas en Haute Garonne.

Inscrits sur les parcours des bataillons de la sinistre division SS Das Reich, les deux villages ont connu le déchaînement de la fureur nazie quelques jours après le débarquement allié en Normandie.

 

Place du illage, Oradour-sur-Glane Photo EL

Place du village, Oradour-sur-Glane
Photo EL

 

 

L’été 1944

Le débarquement allié en Normandie a marqué pour les combattants de l’ombre le signal attendu de l’Iinsurrection Générale. Les maquis se développent, les parachutages d’armes et de matériels s’accentuent. Les actions de la Résistance contre les forces d’occupation et contre les collaborateurs se multiplient.

Le commandement militaire allemand s’y est préparé, la guerre contre les maquis est ouverte et s’achèvera avec la Libération.

Des opérations de représailles se préparent, il faut anéantir les maquis et dissuader la population civile d’aider les partisans. La zone pyrénéenne entre Méditerranée et Atlantique est stratégique pour le commandement allemand. Des activités maquisardes y ont été signalées.

Le 9 juin au soir, les responsables du 3ème bataillon du régiment Deutschland de la division SS Das Reich, stationnés autour de Toulouse rencontrent les chefs du SD (Sicherheist Dienst appelé plus communément « Gestapo). La présence de maquis a été identifiée dans le sud de la Haute-Garonne et dans les Hautes-Pyrénées. Les rouages du système nazi se mettent en route. Le 3ème bataillon va ratisser cette zone  avec pour mission de surprendre et anéantir les maquisards tout en intimidant les populations civiles.

Aux yeux des Allemands, les résistants étaient des « terroristes » et non des combattants. Tout était permis dans la guerre contre les partisans, y compris les décès de civils, dont l’entière responsabilité était attribuée aux « terroristes ».

 

 

Marsoulas

Le village de Marsoulas

Le village de Marsoulas

Situé à 40 kilomètres de Toulouse, Marsoulas est un petit village paisible dans la vallée du Salat. On y compte 135 habitants en 1944, essentiellement des cultivateurs. La population a augmenté avec l’arrivée de citadins de Toulouse et de Perpignan, venus se réfugier à la campagne, fuyant parfois les bombardements alliés.

A proximité, se trouve le maquis de Betchat, dont la présence a été signalée dans le secteur. Le maquis du « capitaine Max » (Jean Blasco) a multiplié les actions entre Boussens et Betchat contre les troupes d’occupation (sabotages, actions armées, enlèvements…). Le secteur est propice aux activités clandestines, avec le soutien actif des villageois (des enfants juifs étaient cachés à Cassagne)

 

Le 10 juin, à l’aube, le capitaine Max fait envoyer deux jeunes maquisards en sentinelle dans le secteur. Arrivés à Marsoulas, Camille Weinberg, 31 ans et Jean-Marie Manens, 16 ans sont alertés par des bruits de camions. Ils montent alors sur le toit de l’église pour voir ce qui se passe.

 

Une opération de déstruction miculeuse

das reich-vickers2

En route depuis l’aube, les compagnies du 3ème bataillon de la das Reich, se sont scindées en plusieurs convois. L’un deux, constitué d’environ 120 hommes répartis dans une petite dizaine de camions emprunte la route de Mazères à Betchat. Le parcours est ponctué de perquisitions, prises d’otages et exécutions. à Marsoulas, les soldats SS poursuivent les perquisitions à la recherche de « terroristes ».

Arrivés à hauteur de l’église, les deux maquisards lancent chacun une grenade. La riposte allemande est immédiate. L’un des maquisards est tué, l’autre parvient à s’échapper.

Les coups de feu nourris ont alerté tous les habitants, certains restent cachés chez eux, d’autres tentent de fuir par derrière, mais le village est encerclé. Ceux qui s’échappent sont abattus. La famille Audoulbert  est ainsi rattrapée et ramenée au centre du village pour y être fusillée. Ceux qui sont restés chez eux ne sont pas épargnés.

das reich-vickersLes soldats allemands défoncent les portes à la grenade et abattent tous ceux qui s’y trouvent. Femmes, enfants, personne n’est épargné. Les maisons sont ensuite pillées et certaines incendiées. Toutes ne sont pas fouillées, certaines familles échappent ainsi à la mort.

Les Allemands poursuivent leur route laissant derrière eux un village anéanti.

Le bilan est terrible. 27 personnes ont été assassinées, des familles entières massacrées chez elles. Les soldats SS n’ont eu aucun scrupule à abattre deux enfants de 5 ans et un bébé de 3 mois dans leurs berceaux.

Claude et Michel Barbe, assassinés à 5 ans. Leur mère les avait laissé à Marsoulas les pensant en sécurité.

Claude et Michel Barbe, assassinés à 5 ans. Leur mère les avait laissés à Marsoulas les pensant en sécurité.

 

La colonne poursuit son sinistre itinéraire dans les Pyrénées.

Dans les villages alentours de Betchat , Mazères, St Martory, Cazères, 27 personnes sont exécutées sans rasion.

Le lendemain 11 juin, le convoi se dirige vers les Hautes-Pyrénées et assasssinent 57 personnes autour de Bagnères de Bigorre.

Le 12 juin, de retour vers Toulouse, la colonne s’arrête à Saint-Lys, où des activités de maquis ont été signalées. 12 civils sont exécutés dans le village et dans les alentours. Le maquis de Saint-Lys, créé depuis quelques jours, n’a pas le temps de se cacher et ce sont 12 maquisards qui sont pris au piège au château de Bonrepos sur Aussonnelle.

maquis-1

Jean Chaubet, le chef du maquis de Saint-Lys tué le 12 juin 1944. Photo: archives municipales de Toulouse

Jean Chaubet, le chef du maquis de Saint-Lys tué le 12 juin 1944.
Photo: archives municipales de Toulouse

 

Lire les témoignages des survivants de Marsoulas.

Reportage sur Marsoulas, France 3 Midi-Pyrénées, 2014.

8850_2913