Raymond Naves

Page

NAVESRaymond Naves dit Leverrier

1902-1944

coverDocteur ès Lettres, c’est à la Sorbonne qu’il soutient sa thèse « le Gout de Voltaire » et publie une thèse complémentaire en 1939 sur Voltaire et l’Encyclopédie qui font toujours référence aujourd’hui.

Il accepte un poste dans la ville de son enfance à la Faculté de lettres de Toulouse en 1937. Ce spécialiste reconnu du Siècle des Lumières attire des foules d’étudiants et d’adultes qui se pressent dans des amphithéâtres trop petits.

Ecrivain et poète, Raymond Naves est également engagé politiquement, à la SFIO, il est pourtant hostile à la politique de non-intervention en Espagne. Engagé également au syndicat, il donne des cours à la Bourse du travail, appliquant son souci de la pédagogie simple et accessible.

 

 

Un enseignant humaniste

 

En 1939, lieutenant de réserve, il est mobilisé près de Reims et rentre bouleversé par le désordre et l’impréparation de l’armée. Il est révulsé par les attaques contre la République (il propose même de témoigner en faveur des ministres du Front populaire au procès de Rioms). Il trouve un peu d’apaisement dans ses cours sur le Siècle des Lumières auprès de ses étudiants et participe régulièrement aux réunions de la librairie du Languedoc.

 

Vive la liberté

En 1941, le professeur Naves soutient une revue clandestine publiée par un petit groupe d’étudiants appelé « Vive la Liberté ». Ce groupe publie une revue clandestine tirée à 300 exemplaires.Le groupe est démantelé par la police en décembre 1941, ses quatre animateurs sont arrêtés et sévèrement condamnés.

La même année 1941, Raymond Naves rejoint le Comité d’Action Socialiste (CAS) afin de rompre avec les parlementaires socialistes ayant voté les pleins pouvoirs à Pétain. Il  en prend la tête au niveau régional.

Raymond Naves devient rédacteur en chef du journal du parti clandestin « le Populaire du Sud-Ouest » imprimé chez les frères Lion. En 1942, il dirige au niveau régional le réseau de renseignement Froment, en lien avec Londres. L’investissement de Raymond Naves dans la Résistance devient de plus en plus important et l’oblige à se déplacer dans toute la région. Il poursuit néanmoins ses cours à la faculté.

 

 

Le-Populaire-septembre-1943-page-1Avec l’aide d’Henri Docquiert, son secrétaire, Raymond Naves met en place un journal clandestin « le Populaire du Sud Ouest». Raymond Naves en donne l’esprit dans l’éditorial.

 

 

 

 

 

Un grand chef de la Résistance

En 1943, les responsables de la Résistance le choisissent comme futur Maire de Toulouse à la Libération. Raymond Naves travaille étroitement avec François Verdier à l’élaboration des Mouvements Unis de Résistance. Ils ont la même conception de la Résistance.

Après l’arrestation de François Verdier, en décembre 1943, Raymond Naves est convoqué à Paris où il se voit confier l’organisation militaire et la coordination des Mouvements unis de Résistance dans la région.

En janvier 1944, responsable régional de l’Armée secrète, la clandestinité devient une obligation pour lui.  Raymond Naves accepte se loger ailleurs qu’à son domicile, mais il veut terminer un cours sur Proust pour ses étudiants à l’agrégation.

Raymond Naves est arrêté le 24 février 1944 sur le chemin de la Faculté par la police allemande. Quelques jours après le démantèlement de l’imprimerie des frères Lion, l’arrestation de Raymond Naves est un coup terrible pour la Résistance toulousaine.

Après les séances de torture au siège de la Gestapo, Raymond Naves est enfermé à la prison Saint-Michel puis transféré au camp de Compiègne.

Fin avril 1944, Raymond Naves est déporté au camp d’Auschwitz (matricule 186126). Il meurt de maladie et d’épuisement une quinzaine de jours après son arrivée (vers le 11 ou 15 mai 1944).

Journal "Liberté Soir" du 26 avril 1945 Collection ADHG

Journal « Liberté Soir » du 26 avril 1945
Collection ADHG

 

Un travail de mémoire réalisé par des lycéens: RAYMOND NAVES « Mémoire d’hier à aujourd’hui ».

lycee