Eté 1944 : Les massacres de Buzet-sur-Tarn

buzet128
Par défaut

 

Petite commune située à une vingtaine de kilomètres de Toulouse, Buzet sur Tarn a été le théâtre de massacres à répétition pendant l’occupation allemande.

Population victime de dénonciations, résistants exécutés…

En quelques semaines, 70 personnes furent victimes de la fureur des nazis.

Buzet monument des fusillés liste866

 

Tout commence début juillet 1944.

Buzet n’était pas un « nid de la résistance », tout juste y avait-il quelques sympathisants de la Résistance, quelques caches d’armes, mais pas vraiment de groupe très actif .On trouvait à proximité le maquis Roger de l’Armée Secrète à Grenade-sur-Garonne ou encore les maquis du Tarn. Cependant, la Gestapo, suite à des dénonciations qui lui sont parvenues, décide d’organiser une opération dans cette commune. Elle envoie l’un de ses agents afin de vérifier les informations reçues.

Le « Renard noir »

Début juillet 1944, un homme frappe à la porte de la demeure de Gaston Ravary, garde forestier du village.

C’est un jeune homme qui se prétend traqué, évadé d’Allemagne et qui demande asile pour la nuit. Solidaire et bienveillant le garde forestier, Gaston Ravary, le conduit dans une ferme à proximité où on pourra l’héberger. Les braves paysans, la famille Porta, l’accueillent en confiance, le logent et le nourrissent. L’étranger reprend sa route le lendemain pour Toulouse…

Gino G. surnommé le "renard noir" pour ses méthodes et sn habitude de s'habiller en noir.

Gino G. surnommé le « renard noir » pour ses méthodes et son habitude de s’habiller en noir.

Loin d’être un homme traqué, il s’agit en fait d’un agent de la Gestapo, Gino G. d’origine italienne, 25 ans, surnommé le “Renard Noir”. La police de sureté allemande l’a chargé d’enquêter sur la présence de résistants à Buzet.

11 habitants assassinés

Quelques jours plus tard, au petit matin du 6 juillet 1944, la police allemande arrive en force et sur les indications de cet agent arrête toutes les personnes qu’il avait rencontrées la veille. Le village est encerclé par les troupes militaires nazies.

Gaston Ravary, arrêté et exécuté le 6 juillet 1944.

Gaston Ravary, arrêté et exécuté le 6 juillet 1944.

Tous ceux qui ont croisé la route du «Renard Noir » sont arrêtés. Les nazis se rendent à la ferme de la famille Porta où il avait passé la nuit. Les hommes de la maison, le père Antoine et ses deux fils, Jean et Joseph, sont fusillés derrière une grange de la ferme. Les Allemands pillent ensuite la maison et incendient la ferme.

Jean Porta

Jean Porta

Joseph Porta

Joseph Porta

26_porta_antoine

Antoine Porta

Les Allemands repartent ensuite avec leurs prisonniers, dont le maire du village, Emile Massio arrêté avec son fils Adolphe. Le maire aurait été victime d’une lettre de dénonciation  qui l’ accusait de fournir de faux papier.

Emile Massio, maire du village

Emile Massio, maire du village

Charles Gendre, exécuté le 6 juillet 1944

Charles Gendre, exécuté le 6 juillet 1944

Les otages sont conduits dans une demeure de maître appelée domaine de La Palmola. Ils sont contraints de rester allonger toute l’après-midi dans la cour de graviers, en plein soleil.

Cour du domaine de la Palmola

Cour du domaine de la Palmola

Les Allemands, c’est à dire des officiers de la division SS Das Reich de Bessières, dont trois Alsaciens enrôlés de force, les « malgré-nous », et des policiers de la Gestapo, prétendent ensuite conduire les otages à Toulouse pour interrogatoire. Ils les font monter dans un camion.

Jean Bénazet, assassiné en forêt le 6 juillet 1944.

Jean Bénazet, assassiné en forêt le 6 juillet 1944.

En réalité le camion prend la direction de la forêt de Buzet et s’arrête quelques centaines de mètres plus loin…

Les corps des six villageois furent retrouvés quelques jours plus tard atrocement mutilés.

Stèle en mémoire des six habitants assassinés à cet endroit de la forêt de Buzet.

Stèle en mémoire des six habitants assassinés à cet endroit de la forêt de Buzet.

Le soir du 6 juillet des soldats allemands restés au domaine de la Palmola festoient.

Vers minuit, l’un d’entre eux, complètement ivre, se rend dans une ferme toute proche, chez les époux Rollan. D’une violence extrême, le soldat tue Gaston Rollan, le père de famille.

Victoria Rollan

Victoria Rollan, 32 ans.

Sa femme, Victoria, est frappée et violée avant d’être exécutée et son corps laissé dans la cour. Les enfants du couple cachés avec leur grand-père ont assisté à la scène.

Cette sinistre journée du 6 juillet se termine encore un peu plus dans la sauvagerie.

.

 

15 juillet 1944 : Un maquisard de Carmaux exécuté à Buzet

 

Gabriel Bousquet, 32  ans, combattant FFI (Forces françaises de l’intérieur) du maquis de Carmaux dans le Tarn se rend à St Sulpice la Pointe  le 15 juillet 1944 pour procéder, apparemment, à un échange de prisonniers faits par le maquis avec les Allemands. Le rendez-vous est fixé sur le pont enjambant le Tarn à St Sulpice la Pointe.

29_pontLe résistant semble être venu seul dans une voiture avec deux prisonniers militaires allemands. Bousquet patiente au milieu du pont pour procéder à l’échange. Arrivés à leur tour sur le pont, les policiers de la Gestapo accompagnés de soldats, arrêtent aussitôt le résistant.

La suite du drame nous est parvenue par le témoignage d’un des deux prisonniers allemands présents dans la voiture du maquisard, Erick R., dans une lettre adressée aux deux filles de Gabriel Bousquet après la guerre.

Erick R. soldat du corps de troupe d’Albi précise que Gabriel Bousquet se serait entendu dire par le responsable de la Gestapo d’aller chercher lui-même les prisonniers français à Toulouse! Ce témoignage précise ensuite que Bousquet a été conduit avec trois autres jeunes hommes qui passaient sur le pont en bicyclette à ce moment là. Il s’agissait de trois réfugiés des Ardennes installés à St Sulpice la Pointe arrêtés par les Allemands car soupçonnés d’appartenir au maquis.

Buzet monument des fusillés plaque0855A Buzet, le convoi se rend directement à la ferme de Borde-Basse où avaient eu lieu les meurtres des Porta quelques jours auparavant. Gabriel Bousquet aurait été tué le premier « parce qu’il en savait trop » selon le témoignage et deux des cyclistes furent eux aussi exécutés ( Emile CLAUDE et Raymond LANDENWETSCH). Leurs corps furent ensuite recouverts de tout ce qui pouvait brûler et incendiés. Le troisième cycliste fut quant à lui utilisé comme chauffeur pour ramener la voiture de Bousquet au siège de la Gestapo de Toulouse.

20 juillet : exécution de deux résistants en bordure de la forêt de Buzet

Pierre Jarré, policier du maquis Roger

Pierre Jarré, policier du maquis Roger

Pierre Jarré, policier et maquisard, âgé de 30 ans, avait été blessé puis fait prisonnier le 18 juillet 1944 après un violent accrochage entre les Allemands et les maquisards du Maquis Roger (Armée Secrète) à Drudas près de Cadours (au nord-ouest deToulouse)

Pierre Jarré, ainsi qu’un jeune homme de 20 ans, Gabriel Carme, originaire du Tarn, auraient tenté d’échapper aux Allemands. Ils furent froidement exécutés en bordure de forêt.DSCN0826

Les troupes responsables de ces massacres quittent la région entre la fin du mois de juillet et début août en direction du front de Normandie.

Mais Buzet n’en a pas encore terminé avec les exactions nazies. En effet, alors que le débarquement allié en Provence a lieu le 15 août et que le commandement allemand donne l’ordre d’évacuer les troupes du Sud-ouest le 17 août, Buzet est de nouveau le théâtre du déchaînement de la haine et de la fureur.

Les veuves de Buzet-sur-Tarn en 1945

Les veuves de Buzet-sur-Tarn en 1945

17 août : Pourquoi 54 résistants ont-ils été massacrés à Buzet-sur-Tarn?

 

Photo0341

Deux jours avant la Libération, alors que les troupes allemandes se préparent au départ, une cinquantaine de prisonniers sont discrètement sortis de la prison saint Michel de Toulouse.

Aujourd’hui encore, nous savons très peu de choses sur les conditions d’extraction des prisonniers, le nombre de véhicules et de soldats allemands présents. Ils restent peu d’archives.

Montés à bord d’automobiles et de camions, les prisonniers sont conduits en forêt de Buzet, à proximité du domaine de la Palmola, près de l’ancienne maison de Gaston Ravary, le garde-forestier, assassiné le 6 juillet 1944.

Les prisonniers sont descendus des véhicules et conduits vers une grange, au lieu dit « les Barthes ».

Un seul témoin a pu assister à la scène. Terrorisé, il raconte ce qu’il a vu aux gendarmes quelques jours plus tard. Le rapport de la gendarmerie résume ainsi les faits :

« Après avoir préparé trois tas de fagots et bois divers, ils (les soldats allemands) y ont mis le feu. Ils ont ensuite fusillé toutes ces personnes et les ont jetées dans les flammes….Ces foyers ont brûlé toute l’après midi et une partie de la nuit, étant continuellement alimentés par les soldats qui y jetaient de l’essence. Le lendemain, il ne restait plus que des ossements. »

buzet119

cérémonie de 1945

Sur le moment aucune victime n’a pu être identifiée. Il est totalement impossible d’identifier les corps, seuls quelques petits objets trouvés au milieu des cendres sont rassemblés dans une boîte (conservée aujourd’hui à la mairie). Les analyses des ossements retrouvés ont permis d’affirmer que 54 personnes avaient été brulées dans ce bûcher.

Les recherches et enquêtes menées entre autres par la gendarmerie et par la commission d’enquête des crimes de guerre ont permis d’identifier 17 des 54 victimes.

Des rumeurs ont longtemps circulé sur ce massacre, rapportant la présence de femmes et même d’enfants. Cependant les recherches ultérieures n’ont pas évoqué la découverte de corps d’enfants. Toutes fois des éléments d’un sous-vêtement féminin (baleines de corset) laisse supposer la présence d’une femme.

Mais les recoupements avec les familles et les témoins ont  seulement permis l’identification de 19 cadavres masculins, parfois très jeunes. Dans le cas des personnes reconnues, il s’agissait principalement d’opposants aux Allemands, de résistants, de réfugiés espagnols, alsaciens…

Cérémonie d'inauguration de la stèle des Barthes en 1945

Cérémonie d’inauguration de la stèle des Barthes en 1945. Collection privée

 

 

 

Une longue quête pour retrouver l’identité des victimes.

Après la Libération et dans les années qui suivent, les familles, les mères, les soeurs, les épouses ont cherché désespéremment à savoir si leurs proches faisaient partie des victimes de Buzet.

buzet126

 

 

 

 

 

buzet120

Fonds du Musée départemental de la Résistance et de la Déportation, Toulouse.

buzet122

 

 

 

 



La sœur de Francisco Ponzan Vidal, dit Paco, anarchiste espagnol réfugié en France et entré en résistance dès 1940, passeur du réseau Pat O’Leary et  réseau Françoise a cherché toute sa vie la trace de son frère disparu le 17 août.
Cahier de Pilar Ponzan et conservé au Musée départemental de la Résistance

Cahier de Pilar Ponzan conservé au Musée départemental de la Résistance à Toulouse.

« Dans un cahier à spirale rouge, Pilar tiendra le journal de ses recherches, jour après jour, jusqu’en 1980. Partout, la même question : « Où trouver plus de lumière ? » Le cahier s’achèvera finalement sur une défaite : « Le mystère ne sera jamais levé. »
article du journal Le Monde de Benoît Hopquin

 

Aujourd’hui, seulement 19 victimes ont été identifiées sur les 54 personnes assassinées le 17 août 1944.

35 victimes n’ont donc jamais recouvré leurs identités. 72 plus tard, nous ignorons toujours pour quelles raisons ces résistants ont été choisis. Les nazis, à deux jours du repli, ont-ils voulu faire disparaître les témoins comme ils l’ont fait avec les documents écrits. Pourquoi ont-ils pris le risque de rencontrer des maquis en allant commettre ces meurtres en forêt de Buzet?

Rien ne nous ait parvenu aujourd’hui pour proposer la moindre explication sur le massacre du 17 août.

Texte et photos: Elérika Leroy

Les 19 personnes identifiées

AZÉMAR Robert – 21 ans –  Maquisard du Tarn (Carmaux)

BAUER Alfred – 49 ans – d’Alsace (Romanswiller)

BEN NAÏM Isaac – 48 ans- d’Algérie (Oran)

CARACO Mandolino – 29 ans – de Turquie (Constantinople)

COLLE Maurice – 32 ans- lieutenant aviateur des Vosges

Buzet monument des fusillés plaque856

COLIN Henri – 50 ans

COLIN Léon – 23 ans (fils du précédent)

CORCIA Salomon – 49 ans – d’Algérie

DELATTRE Jean – 29 ans – Nord

  • Les recherches de sa fille Monique de nos jours: articles de la Dépêche du Midi en mai 2010 et août 2010 sur cette longue quête et son issue, article de Côté Toulouse de mai 2014.

FOURCADE André Colonel – 39 ans –Hautes Pyrénées (Bagnères de Bigorre)

KACE Albert Abraham- 46 ans- de Lituanie (Vilnius)

KAYL Henri – 23 ans- lieutenant issu de Saint Cyr

PARLEBAS Jacques – 29 ans – d’Ile-de-France (Paris)

PETER René – 18 ans- résistant arrêté le 28 juin 1944 à ToulouseDSCN2051

PONZAN VIDAL Francisco – 33 ans – d’Espagne (Oviedo)

Francisco Ponzan Vidal, passeur de 33 ans, arrêté en avril 1943.

Francisco Ponzan Vidal, passeur de 33 ans, arrêté en avril 1943.

RIEUPEYROUX Jean Marie – 32 ans

RIGAUD Roger

ROGER René – 23 ans- Hautes Pyrénées (Bagnères de Bigorre)

VANLAER Jacques

Urne placée dans l'une des cryptes du Monument à la gloire de la Résistance, Toulouse

Urne placée dans l’une des cryptes du Monument à la gloire de la Résistance, Toulouse


 

POST-SCRIPTUM


 

Le "Renard noir" condamné à mort par la Cour de justice de Toulouse en janvier 1945 Le Patriote du Sud-Ouest, Archives départementales de Huate-Garonne

Le « Renard noir » condamné à mort par la Cour de justice de Toulouse en janvier 1945
Le Patriote du Sud-Ouest, Archives départementales de Haute-Garonne

____________________
FacebookTwitterGoogle+Partager
Autres publications

3 réflexions sur “Eté 1944 : Les massacres de Buzet-sur-Tarn

  1. ESPOUEY Sandrine

    Bonsoir,
    Merci pour tous ces documents et renseignements. Quel est svp le nom et la date du journal dans lequel est parue l’annonce de recherche relative à André Fourcade svp ?
    Merci par avance,

  2. VIGUIER-DUVIVIER

    merci pour toutes ces infos…;
    indirectement de la famille Porta par alliance ils étaient cousins de mon grand oncle Albert IZARIé (beau-frère de ma grand’mère Pagès) famille IZARIE était si j eme souviens maraicher. Jeanne/Albert Izarié habitaient sur l’Esplanade (en face de la pompe, rue des fleurs, pompe qui n’existe plus). Ma grand’mère a habité 2 maisons à Buzet rue de l’Eglise et rue des FLeurs et moi-même rue Delplech (vendue dans les années 80).

  3. caunes j louis

    lire le beau livre de jean pierre przybilsky ,il parle de plusieurs maquisards sorti de st michel pris a carmaux 13juillet et fusillés en aout ,sans doute a buzet parmis eux l
    oncle de ma tante gzyl edouerd pris avec azemard ,corp non identifier ,nous laissant les doutes merci ,nous avont pu nous y receuillir pour tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *