Le piège de la Gestapo contre la Résistance régionale : l’opération de minuit

gestapo toulouse
Par défaut

 

Dans la nuit du lundi 13 décembre 1943, la plus grande opération de répression est déclenchée contre la Résistance toulousaine et régionale. De Toulouse à Foix, de Mirande à Caussade, la Gestapo arrête tous ceux qui travaillent pour les Mouvements Unis de Résistance. C’est un coup de filet préparé depuis des semaines par la police allemande qui bien renseignée, grâce à des agents infiltrés et la trahison de quelques-uns, parvient à faire tomber tout l’état-major de la Résistance.

LESPINASSE la dêp SOUM

L’action de représailles de la 35ème Brigade FTP-MOI pour venger la mort de Marcel Langer

A l’automne 1943, la Résistance toulousaine a accentué ses actions notamment par deux opérations d’envergure nationale :Les exécutions de l’intendant de police Barthelet par le réseau Morhange et de l’avocat général Lespinasse par la 35ème Brigade FTP-MOI Marcel Langer. La répression allemande s’est indiscutablement accentuée. L’acharnement des nazis sur les quelques résistants capturés est effrayant. Le martyr de Lucien Béret, résistant des PTT, mort sous la torture en est l’exemple probant.

UNE OPÉRATION MINUTIEUSEMENT PRÉPARÉE PAR LES ALLEMANDS

Friedrich-Suhr

SS-Sturmbannführer Suhr « décrit comme le type même du nazi fanatique et sanguinaire, étranger à tout sentiment humain » (Jean Estèbe)

Côté allemand, les services du KDS (Komandando der Sicherheitspolizei – commandement de la police de sûreté) toulousain sont partiellement désorganisés à la suite du changement du responsable régional. Le lieutenant-colonel Rudolf Bilfinger, chef régional du SD (SicherheitsDienst), en poste à Toulouse depuis juin 1943 est muté à Nice en décembre 1943. La période où Bilfinger a commandé est marquée par une forte reprise des déportations de Juifs. Il est remplacé par le Lieutenant-colonel Suhr, , en lien avec Karl-Heinz Muller, chef de la section IV du KDS, c’est-à-dire des services dits de la Gestapo, concentre son activité sur la traque de la Résistance.

Une opération visant les mouvements de Résistance est minutieusement préparée par les services allemands de Paris et de Montpellier. L’intervention de la Gestapo parisienne, et en particulier de leurs auxiliaires français, est avérée.

Les informations reçues par Morhange ont confirmé que les services allemands parisiens préparaient une action contre les officiers et mouvements de la Résistance. Des tentatives de noyautage étaient menées contre les groupes francs des MUR depuis Paris.

LA TRAHISON

Une autre piste paraît expliquer davantage comment les Allemands ont pu monter cette gigantesque opération contre les Mouvements Unis de Résistance. Comme parfois, dans les affaires importantes menées par la Gestapo, il semble que la dénonciation soit venue de l’intérieur. Ainsi, la trahison d’un des responsables de la Résistance aurait précipité la chute de François Verdier et le démantèlement des MUR.

Le capitaine Albert C. dit « Garonne » ou « Commenge » était le responsable régional du renseignement au sein des MUR. Le capitaine C. a pendant des mois travaillé résolument et consciencieusement pour la Résistance. Mais face aux manques de moyens financiers et matériels, il semble qu’il se soit laissé manipuler puis convaincre par un agent des Allemands, qui avait infiltré les MUR en se faisant passer pour un agent des services de renseignements britanniques. Le résistant lui aurait livré au fil des semaines tous les noms des responsables qu’il connaissait. (archives du réseau Morhange, fonds Daniel Latapie conservé aux archives départementales de Haute-Garonne, fonds Claude Delpla conservé aux archives départementales d’Ariège)

LA NUIT DU 13 AU 14 DÉCEMBRE 1943 A TOULOUSE

La Gestapo, dont les effectifs sont réduits, malgré le renfort d’auxiliaires français, fait appel pour cette opération d’envergure aux unités SS, aux Stosstruppen et à la Feldgendarmerie.

A Toulouse, c’est par petits groupes que les policiers et militaires allemands se répandent dans la ville dans la soirée de ce lundi 13 décembre 1944.

Villa FrancillonFrançois Verdier est l’un des premiers à être arrêté. Il est comme à l’accoutumée derrière son grand bureau en bois massif, sûrement une cigarette à la bouche et travaillant avec Jeanne. Il prépare son déplacement à Paris pour la réunion du 15 décembre. Le billet de train est déjà dans sa poche. Il dicte les dernières consignes quand vers 23 heures, des coups sont donnés à la porte. Vu l’heure tardive, Jeanne s’empresse d’avaler quelques papiers compromettants. L’équipe de la Gestapo est dirigée par l’Untersturmfuhrer Otto, chef de la section spécialement dédiée à la traque des résistants. Les Allemands posent des scellés dans toute la maison et condamnent l’entrée du bureau de François. Il n’ y pas de cri ni de geste de violence. Leur fille Françoise à l’étage n’est pas inquiétée ni même réveillée. François veut monter embrasser sa fille mais l’officier allemand refuse. Il est immédiatement arrêté et emmené dans la traction qui le conduit rue Maignac, au siège de la Gestapo. Les témoignages le décrivent confiant, tentant de convaincre qu’il s’agit d’une erreur et que tout va rentrer dans l’ordre. Jeanne n’est pas arrêtée. Elle reste seule avec Françoise qui dort à l’étage.

Dans le reste de la ville, des opérations similaires sont menées. La Gestapo frappe à la porte de nombreux appartements et maisons de résistants. Par chance, parfois, certains sont absents, ont déménagé à temps et échappent à l’arrestation. D’autres, comme Maurice Espitalier choisissent de tenter d’échapper à la Gestapo.

Espitalier maurice-remy

Maurice Espitalier, policier du réseau Morhange

Vers deux heures du matin, le 14 décembre, la police allemande frappe bruyamment à la porte de l’immeuble d’Espitalier. Il était alors en train de préparer des rapports pour les Renseignements Généraux avec des copies pour la services de Vichy et pour la Résistance. Il sait immédiatement qu’il est « grillé ». Sa femme et son fils sont présents dans l’appartement. Il fait patienter les Allemands autant que possible, arguant que ce n’est pas une heure pour réveiller les braves gens. Il a juste le temps de saisir ses chaussures et celles de son fils, prendre une sacoche avec les papiers compromettants et de s’échapper par la fenêtre. Maurice Espitalier et son fils atterrissent dans un jardin. Il pleut à verse cette nuit-là, la visibilité est médiocre. Quand soudain, ils sont repérés par un soldat allemand qui pense avoir affaire à des habitants curieux venus regarder ce qui se passe. Il faut dire que, selon Maurice Espitalier, les Allemands sont venus en force et ont bouclé tout le quartier. Le soldat leur ordonne en hurlant de rentrer chez eux. Profitant de cette erreur du soldat allemand, Espitalier et son fils Freddy, 16 ans, aperçoivent une porte ouverte et trouvent refuge dans un grenier où ils patientent toute la nuit. Une fois les Allemands partis, Espitalier parvient à rejoindre le repaire du réseau Morhange.

ESPITALIER JULIETTE

Juliette Espitalier

Juliette Espitalier est arrêtée et conduite rue Maignac puis à la prison Saint-Michel. Elle est interrogée puis relâchée. Rentrée chez elle, le moindre de ses gestes est surveillé, elle est suivie par un agent allemand pendant quelques jours. Finalement, elle est de nouveau arrêtée et emprisonnée à Saint-Michel pendant plusieurs mois. Elle est ensuite transférée à la caserne Caffarelli pendant quelques semaines avant d’être déportée à Ravensbrück en juillet 1944. Juliette Espitalier est libérée du camp de Ravensbrück le 23 avril 1945 par la Croix-Rouge suisse.

Yvonne CURVALE

Yvonne-Lucienne Curvale

Nombre de camarades de la première heure de François Verdier sont arrêtés cette nuit-là. Ainsi, dans le centre de Toulouse, rue de Strasbourg (actuelle rue de Queven), les Allemands se présentent à la porte de l’appartement de la famille Curvale. Albert Curvale a juste le temps de sauter par la fenêtre et de s’enfuir par les jardins. Yvonne reste seule pour les affronter, ses trois enfants dans l’appartement. Elle est interrogée et frappée, puis conduite rue Maignac puis comme les autres à la prison Saint-Michel. Albert Curvale disparu (il rejoint le maquis de Cazères) les enfants restent seuls. La fille aînée, âgée de 20 ans, est surveillée quelques temps par la police allemande puis se retrouve seule à élever son frère de 9 ans et sa sœur de 3 ans.

De nombreuses femmes de résistants sont arrêtées cette nuit là, quand leur époux ont échappé aux Allemands. Ainsi Yvonne l’épouse de Jean Bartoli, chef régional adjoint des MUR est arrêtée en l’absence de son mari, ainsi qu’Andrée Laigneau, agent du réseau Françoise et femme du chef du Groupe franc de Jean Laigneau « Cambronne ». Toutes deux sont déportées fin janvier 1944 au camp de Ravensbrück dont elle sont revenues en mai 1945.

D’autres résistants, tous membres des MUR, comme Achille Teste (chef régional adjoint de Libération Sud) ou Jean Germain Petit (membre de Combat et chargé des maquis au sein des MUR) sont arrêtés à Toulouse également. Après un passage rue Maignac, ils sont enfermés à la prison Saint-Michel puis longuement torturés par la Gestapo. Achille Teste et Jean Germain Petit sont déportés en janvier 1944 aux camps de Buchenwald et de Neuengamme. Ils sont revenus de déportation en mai 1945.

D’autres réseaux de résistance sont frappés également. Jean Delsol, résistant du réseau Françoise, son épouse et son fils sont arrêtés. Les hommes sont déportés au camp de Buchenwald et Françoise Delsol est envoyée à Ravensbrück. La femme et le fils de Jean Delsol n’ont pas survécu.

Au total, vingt-six résistants son ainsi arrêtés à Toulouse.

 

ARRESTATIONS DANS LA RÉGION

Gabriel Gesse

Gabriel Gesse, responsable des évasions dans le sud de la Haute-Garonne

Les arrestations de cette nuit du 13 décembre se font également dans toute la région. Dans le secteur de Saint-Gaudens, c’est là aussi l’un des principaux responsables des MUR qui est arrêté. Le Capitaine Gabriel Gesse dit « Blanchard », militaire en retraite, était responsable des MUR dans le Comminges et surtout d’une filière d’évasion très efficace. Il est arrêté chez lui. Surpris, il a juste le temps de faire disparaître quelques papiers compromettants et de tenter de prendre la fuite par les toits. Mais il est intercepté par les Allemands. Gravement blessé à la jambe, il est conduit à l’hôpital de Saint-Gaudens. Avec la complicité de médecins de l’hôpital, un commando de l’Armée secrète dirigé par le commandant Marty le fait s’évader de l’hôpital dès le 15 décembre. Furieux les Allemands, arrêtent le frère de Gabriel Gesse et le torturent jusqu’à ce que mort s’en suive. Une fois guéri, le capitaine Gesse rejoint le maquis d’Aspet.

 

CROS IRENEE

Irénée Cros

En Ariège, l’ingénieur Irénée Cros dit « Calmette » est surpris chez lui à Foix en pleine nuit. Responsable départemental des MUR pour l’Ariège, Irénée Cros était plongé dans ses papiers et travaillait au remplacement des hauts fonctionnaires de Vichy à la Libération. Alerté par les bruits des soldats devant sa porte, il se précipite vers sa cheminée pour brûler les papiers compromettants. Les Allemands enfoncent sa porte et sont furieux de constater qu’ils arrivent trop tard. Irénée Cros est abattu d’une balle dans la nuque.

Dans le reste du département, la traque des résistants se poursuit le lendemain, et d’autres résistants sont arrêtés. Ainsi, l’adjoint d’Irénée Cros, Jules Amouroux est arrêté dans la journée du 14 ainsi que les responsables des groupes francs de l’Ariège, Ernest Gouazé et David Lautier.

Dans le Gers, du côté de Mirande, les Allemands surprennent pendant la nuit un camp de résistants, formé de réfractaires au STO de la région et d’anciens membres du 2e Régiment de Dragons, dissous en novembre 1942. Le maquis de l’ORA, dirigé par le capitaine Miler du Corps franc Pommiès était installé au château de Cours à Ponsampère et camouflé dans un chantier forestier. Certains résistants parviennent à échapper à l’attaque allemande, mais la Gestapo parvient à capturer seize jeunes maquisards. Un peu plus tard, deux sous-officiers sont interpellés à Mirande tandis que le capitaine Milet prévenu à temps, a pu s’échapper. Les Allemands conduisent les dix-huit résistants à la prison Saint-Michel. Tous furent déportés fin janvier 1944 et huit d’entre eux meurent en déportation.

Pierre CABARROQUES

Pierre Cabarroques dit « Camille » est parvenu à s’évader après son arrestation.

A Caussade dans le Tarn et Garonne, ce sont Jeanne et Pierre Cabarroques, le docteur Olive dit  «Oscar» et Jacques Ancelet dit  «Aragon», responsables de l’action militaire au sein des MUR et de  l’Armée secrète qui sont arrêtés et conduits à la prison Saint-Michel.


L’ampleur de « l’opération de Minuit » est sans commune mesure avec tout ce que la Résistance de la région toulousaine a connu auparavant. Elle est le point de départ d’une répression qui ne va avoir de cesse de s’amplifier contre les résistants.


Texte: Elérika Leroy

____________________
FacebookTwitterGoogle+Partager
Autres publications

Une réflexion sur “Le piège de la Gestapo contre la Résistance régionale : l’opération de minuit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *